Aller au contenu

Quelle est la prochaine étape de Right to Repair en Europe ?

#Réparer s'est avéré essentiel, surtout en temps de crise. Pourtant, tout le monde n'est pas aussi convaincu de son importance. Voici ce que nous avons prévu pour rappeler aux décideurs politiques l'importance d'un droit à la réparation universel #RightToRepair

Screen-Shot-2020-09-11-at-13.53.57

Nous sommes déjà en septembre ! Alors que ces derniers mois ont été difficiles pour la plupart d’entre nous, la communauté des réparateurs s’est réunie pour trouver des moyens innovants d’aider les gens à conserver leurs objets plus longtemps, prouvant ainsi que les réparations sont absolument essentielles, surtout en temps de crise.

De l’organisation d’événements de réparation en ligne pour la communauté à la réparation et à la remise à neuf d’ordinateurs portables pour ceux qui en ont le plus besoin pendant la pandémie, les réparateurs en Europe ont permis à ceux d’entre nous qui n’ont pas les compétences nécessaires pour réparer leurs appareils électroniques de conserver l’accès à ces outils de travail et de communication essentiels.

Mais tout le monde n’est pas aussi convaincu de l’importance de la réparation. Si la Commission européenne a créé un précédent historique en promettant un « nouveau droit à la réparation » dans son plan d’action pour l’économie circulaire, publié au début de l’année, le changement n’est pas assez rapide.

Voici ce que nous avons prévu de rappeler aux décideurs politiques sur l’importance d’un droit universel à la réparation.

Une réglementation accélérée pour les produits de longue durée

Le dernier « Global e-waste monitor 2020 » de l’Université des Nations Unies » a montré qu’en 2019, le monde a généré un volume impressionnant de 53,6 millions de tonnes de déchets électroniques, soit une moyenne de 7,3 kg par habitant et l’équivalent de 350 navires de croisière de la taille du Queen Mary 2.

La législation sur le droit de réparer permettrait aux gens de prolonger la durée de vie de leurs produits tout en atténuant le flux mondial de déchets électroniques. Cependant, les fabricants résistent au changement. Par exemple, certains fabricants de consoles de jeux et d’imprimantes continuent de faire pression pour conclure des accords volontaires (c’est-à-dire des engagements pris par l’industrie elle-même) afin d’éviter les réglementations. Pourtant, ces accords sont actuellement extrêmement faibles et ne permettraient pas de rendre les produits plus réparables. Nous surveillons de près ces processus et n’hésiterons pas à réagir s’ils restent peu ambitieux et inefficaces.

En ce qui concerne les consommateurs, l’Union européenne avait des plans ambitieux pour mettre en place un système de notation de la réparabilité des produits « à l’échelle de l’UE », afin que les consommateurs soient informés de la réparabilité d’un produit avant de l’acheter. Malheureusement, cette initiative n’a guère progressé depuis 2019 et a été encore retardée en raison de la pandémie, mais aussi parce qu’elle s’accompagne de nombreux défis. Pourtant, nous constatons qu’en France, c’est faisable, puisqu’un indice de réparabilité y sera mis en place sur 5 catégories de produits à partir de 2021.

C’est maintenant à l’UE de prendre ses responsabilités et nous serons là pour le rappeler.

Faire du droit à la réparation une réalité dans toute l’Europe

Tout ce qui est lié à la réparation ne se passe pas à Bruxelles ! Bien au contraire. Dans toute l’Europe, certaines initiatives poussent déjà à la réparation au niveau national et local. Afin d’amplifier ce mouvement et de garantir que toute personne intéressée par un changement de système pour des produits plus durables et plus réparables puisse le faire efficacement, nous publierons cet automne des boîtes à outils destinées à nos membres mais aussi aux nombreuses communautés de réparateurs de toute l’Europe. Qu’il s’agisse de lancer une pétition, de se tenir au courant des dernières données sur la réparation ou de mobiliser leur communauté pour exiger le changement, nous développons des conseils et des outils concrets pour soutenir ce mouvement. Cela vous semble-t-il intéressant pour vous et votre organisation ? Rejoignez-nous !

Et parce que le Droit à la réparation n’est pas seulement une question technique mais avant tout un combat mené par des personnes extraordinaires (réparateurs, militants, organisateurs), nous avons voulu mettre en avant ces héros. Nous participerons à la prochaine Journée internationale de la réparation, dont le thème cette année est « Réparer est essentiel », en lançant la campagne #RepairHeroes. Nous ne pouvons pas vous en dire plus pour l’instant, mais restez à l’écoute pour plus de détails !

Enfin, nous n’avons constaté aucune amélioration dans la manière dont Google bloque les publicités des réparateurs indépendants, par opposition à celles des constructeurs et de leurs réparateurs agréés. Nous sommes très opposés à ce genre de comportement préjudiciable et nous nous concentrerons sur ce point avant la fin de l’année !

 

Article publié sur Right To Repair Europe