Skip to content

Les États-Unis agissent rapidement en matière de droit à la réparation, et l’Europe doit les rattraper

La semaine dernière, une grande nouvelle pour le mouvement du droit à la réparation est venue des États-Unis. Le président Joe Biden a demandé à la Commission fédérale du commerce de rédiger de nouvelles règles concernant "certains des problèmes de concurrence les plus urgents dans notre économie".

U.S America flag

(Article original en anglais)

 

Militante, Right to Repair Europe

Si le décret semble principalement axé sur l’agriculture et d’autres industries telles que l’automobile et l’électroménager, il dénonce également une série de pratiques anticoncurrentielles affectant le secteur technologique, notamment les restrictions en matière de réparation mises en place par les fabricants de téléphones portables et autres.

Bien qu’il s’agisse d’une grande nouvelle pour le secteur de la réparation, il s’agit toujours d’un décret (ce qui signifie qu’il ne s’agit pas encore d’un règlement) et le président n’a pas ordonné aux agences sous sa direction de mettre en œuvre ses idées, mais a seulement partagé des recommandations et des suggestions.

Néanmoins, l’utilisation du droit de la concurrence pour aborder la question n’est pas sans importance. De notre côté de l’océan, la Commission européenne a jusqu’à présent préféré se concentrer sur les règles visant à rendre les produits réparables par conception et à informer les consommateurs plutôt que de s’attaquer à la compétitivité et aux monopoles. 

Pourtant, de nombreux exemples montrent que la mise en œuvre d’un “droit à la réparation” sans tenir compte du droit de la concurrence, entraverait sérieusement les progrès et créerait même davantage de déchets.

Voici ce à quoi l’Europe doit s’attaquer pour améliorer la compétitivité dans le secteur de la réparation, et faire preuve d’un réel leadership, maintenant que le président américain prend ces questions au sérieux :

 

  1. Élargir la définition de “réparateur professionnel”.

En mars 2021, les toutes premières lois sur la réparation des appareils ménagers sont entrées en vigueur en Europe. Les exigences, notamment l’accès aux pièces de rechange et aux manuels de réparation, profitent principalement aux “réparateurs professionnels”, contrairement aux “utilisateurs finaux” qui continuent à avoir un accès limité, voire inexistant. 

Pourtant, la définition du réparateur professionnel est laissée à la discrétion des pays, qui peuvent la mettre en œuvre par le biais de registres ou par les fabricants eux-mêmes. Nous craignons qu’il soit peu probable que des registres nationaux soient établis et que les fabricants déterminent à qui ils accordent l’accès.

Alors que les nouvelles mesures visent à rendre le marché de la réparation de l’électronique plus ouvert, le problème posé par la définition du réparateur professionnel pourrait avoir l’effet inverse et le rendre plus contraignant. Afin de disposer d’un véritable droit à la réparation, les autorités européennes doivent aborder cette question dans les futures réglementations et donner accès aux pièces détachées et aux informations sur la réparation à tout le monde, y compris aux activités éducatives telles que les Repair Cafés et aux consommateurs.

 

  1. Interdire la prévention de l’accès aux voies de vente en ligne pour les acteurs de la réparation.

Un autre obstacle à la réparation est l’accès limité aux prestataires de services de réparation. Google a été critiqué par les réparateurs indépendants pour leur avoir interdit de faire de la publicité via son moteur de recherche depuis 2019. Aux États-Unis, l’ONG US PIRG a déclaré que certains ateliers de réparation ont signalé des baisses de revenus allant jusqu’à 70 % après que Google a supprimé leurs annonces et en Europe, le membre de la campagne Runder Tisch Reparatur a fait valoir que Google abusait de sa position dominante sur le marché.

 

  1. Empêcher l’utilisation des logiciels, du matériel et du droit des marques/d’auteur pour rendre les réparations indépendantes difficiles ou illégales.

Le 3 juin 2020, un réparateur indépendant de smartphones a perdu son procès contre Apple devant la Cour suprême de Norvège. Henrik Huseby était accusé d’importer des écrans d’iPhone contrefaits pour réparer des téléphones. Huseby a fait valoir qu’il utilisait des écrans “remis à neuf” et qu’Apple ne mettait pas de pièces de rechange remises à neuf ou originales à la disposition des réparateurs indépendants, de sorte qu’il n’avait pas d’autre choix. Sur le plan technique, l’affaire s’est résumée à une violation de marque, car de nombreux composants Apple sont marqués d’un très petit logo “Apple” invisible pour les consommateurs.

Quelle que soit l’issue de l’affaire, celle-ci fournit un autre exemple de la manière dont la concurrence peut être étouffée sur les marchés après-vente de l’électronique. Nous avons besoin d’un marché ouvert, avec un accès transparent aux pièces détachées de tiers et réutilisées, si nous voulons que la réparation soit aussi abordable et accessible que possible.

 

  1. Empêcher l’utilisation de verrous logiciels et de couplage de pièces

Les verrous logiciels et le couplage de pièces sont de plus en plus courants sur les appareils électroniques grand public et empêchent la réparation par des acteurs indépendants n’ayant pas accès aux logiciels et aux outils de diagnostic des fabricants. 

Voici comment cela fonctionne : certaines pièces ont un numéro de série unique, qui est associé à une unité individuelle d’un appareil à l’aide d’un logiciel. Si l’une de ces pièces doit être remplacée lors d’une réparation, elle ne sera pas acceptée à moins d’être à nouveau appariée à distance à l’appareil via un logiciel du fabricant.

En généralisant ces pratiques, les fabricants pourraient exiger que seules les nouvelles pièces de rechange d’origine qu’ils vendent puissent être utilisées pour effectuer une réparation. Cela reviendrait effectivement à contrôler le coût et le type de réparations qui peuvent être effectuées.

Pour en savoir plus sur cette menace croissante, cliquez ici.

 

  1. Remplacer les démarches volontaires par une réglementation ambitieuse.

Enfin, l’utilisation d'”accords volontaires” pour permettre aux fabricants de s’autoréguler sur des produits spécifiques est problématique.

L’accord récemment approuvé sur les consoles de jeux et celui sur les imprimantes, actuellement analysé par la Commission européenne, sont tous deux très faibles en matière de réparation et n’ont pas donné les résultats tangibles escomptés. 

Il est clair que les approches volontaires ne fonctionnent pas. Nous avons besoin de réglementations ambitieuses maintenant.

Il est clair qu’il y a une forte domination des fabricants d’électronique sur le marché de la réparation. Il s’agit d’une menace évidente pour tout effort visant à prolonger la durée de vie des produits et à prévenir les déchets électroniques, et donc pour les objectifs du Green Deal.

C’est pourquoi nous demandons aux autorités de la concurrence de la Commission européenne d’étudier le rôle que la concurrence, et plus particulièrement l’antitrust, peut jouer dans la création d’un marché plus ouvert et équitable pour les activités de réparation.