L'obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage - Rapport 2010

L'obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage

Rapport 2010

Marine Fabre et Wiebke Winkler

CNIID / Les Amis de la Terre

 

En 1932, le courtier en immobilier, Bernard London a vue dans la technique de l'obsolescence programmée, un moyen de gonfler le marché et le taux de remplacement des objets. Cette technique permet deréduire la durée d’utilisation ou de vie d’un produit afin d’en augmenter le taux de remplacement. Cette pratique est devenue une norme.

L'obsolescence programmée est une pratique qui restesecrète, par exemple la durée de vie réelle des produits n'est pas donnée pour ne pas énerver le consommateur. Les départements de Recherche et Développement ont pour mission de rendre les produitinutilisables plus rapidement. La réparation de ce produit doit être plus ou moins égale au prix du produit neuf ou même impossible à réaliser.

 

Il existe 4 sortes d'obsolescence :
Directe : le produit nemarche plus en tant que tel.
Indirecte : on ne peu plus trouver des produits, exemple la batterie pour un téléphone portable ou des cartouches pour une imprimante. Le produit marche toujours maisses équipements indispensables sont par contre hors de prix ou indisponibles. 
Par incompatibilité : de nouveaux produits sont mis sur le marché. L'informatique utilise beaucoup cette formed'obsolescence par exemple.
Intégrée : réduction du temps de vie réelle d'un produit. Par exemple l'ampoule à incandescence dont la durée de vie a été décidée à 100heures par les industriels alors que lespremiers brevets parlaient d'une durée de vie allant jusqu’à 100 000 heures.

C'est une pratique qui a un effet néfaste sur la société. Tout d'abord le fait de renouveler le rachat des produitsqui augmente les frais des ménages. Ces derniers s'appauvrissent donc à racheter des produits qui auraient dut tenir plus longtemps. Cependant, les industriels, banques et autres organisme de créditpeuvent profiter de cette situation. Les crédits sont plus facilement accordés aux biens temporaires, comme une télé, qu'aux biens immobiliers qui sont un investissement plus important.

 

Rapport complet au format PDF